ТОП 10:

QUI CACHE LE RAPPORT CALAME ?



Tout à l'heure, dans le métro, Maigret avait essayé de deviner de quoi le ministre voulait l'entretenir en secret. Il n'avait pas pensé à l'affaire de Clairfond dont, pourtant, les journaux étaient pleins depuis un mois.

Le sanatorium de Clairfond, en Haute-Savoie, entre Ugine et Mégè-ve, à une altitude de plus de quatorze cents mètres, était une des réali­sations les plus spectaculaires de l'après-guerre.

Qui avait lancé l'idée de créer, pour les enfants les plus déshérités, un établissement comparable aux modernes sanatoriums privés, Maigret ne s'en souvenait pas, car cela datait de plusieurs années. On en avait beaucoup parlé, à l'époque. Certains y avaient vu une entreprise pure­ment politique et il y avait eu des débats passionnés à la Chambre, une commission avait été nommée pour étudier le projet qui, longtemps com­battu, avait fini par se réaliser.


Un mois plus tôt, la catastrophe s'était produite, une des plus péni-blés de l'histoire. Les neiges s'étaient mises à fondre à une époque où cela n'était pas arrivé de mémoire d'homme. Les torrents, dans la mon­tagne, avaient gonflé. Il en avait été de même d'une rivière souterrai­ne, la Lize, si peu importante qu'elle ne figure pas sur les cartes, mais qui n'en avait pas moins miné les fondations de toute une aile de Clair-fond.

L'enquête, ouverte le lendemain du désastre, n'était pas terminée. Les experts ne s'accordaient pas. Les journaux non plus qui, selon leur cou­leur, défendaient des thèses différentes.

Cent vingt-huit enfants avaient trouvé la mort au cours de l'effon­drement d'un des bâtiments et les autres avaient été évacués d'urgence.

Après un moment de silence, Maigret murmura:

— Vous ne faisiez pas partie du cabinet lors de la construction de
Clairfond, n'est-ce-pas ?

— Non. Je n'étais même pas membre de la commission parlementaire
qui a voté les crédits. A vrai dire, jusqu'à ces derniers jours, je ne
connaissais de l'affaire que ce que tout le monde en sait par les quoti­
diens.

11 prit un temps.

— Vous avez entendu parler du rapport Calame, commissaire ?
Maigret le regarda, surpris, secoua la tête.

— Vous en entendrez parler. Vous n'en entendrez sans doute que trop
parler. Je suppose que vous ne lis?z pas les petits hebdomadaires, « la
Rumeur», par exemple?

— Jamais.

— Vous connaissez Hector Tabard?

— De nom et de réputation. Mes collègues de la rue des Saussaii
doivent le connaître mieux que moi.

Il faisait allusion à la Sûreté Nationale qui, dépendant directement du Ministère de l'Intérieur, ert souvent chargée de missions touchant de près ou de loin à la politique.

Tabard était un journaliste marron de qui l'hebdomadaire, bourré de potins, passait pour une feuille de chantage.

— Lisez ceci, qui a paru six jours après la catastrophe. C'était court,
mystérieux.

«Se décidera-t-on un jour, sous la pression de l'opinion, à révéler le contenu du rapport Calame?»

— C'est tout? s'étonna le commissaire.
—Voici un extrait du numéro suivant.

« Contrairement à l'idée généralement admise, ce n'est pas sur une question de politique extérieure, ni à cause des événements d'Afrique du Nord, que l'actuel gouvernement tombera avant la fin du printemps, mais à cause du rapport Calame. Qui détient le rapport Calame?»

Les mots «Rapport Calame» avaient une résonance presque comique et Maigret sourit en demandant :

— Qui est Calame?


J


Le ministre, lui, ne souriait pas. Tout en vidant sa ;u|k dans un vaste cendrier de cuivre, il expliquait :

— Un professeur à l'Ecole des Ponts et des Chaussées. Il est mort
voilà deux ans, d'un cancer, si je ne me trompe. Son nom n'est pas con­
nu du grand public, mais il est célèbre dans le monde de la mécanique
appliquée et de l'architecture civile. Il est arrivé à Calame d'être appelé
en consultation, pour de grands travaux, dans des pays aussi différents
que le Japon ou l'Amérique du Sud, et c'était une autorité indiscutable
en ce qui concerne la résistance des matériaux, en particulier du béton.
Il a écrit un ouvrage que ni vous ni moi n'avons lu, mais que tous les
architectes possèdent, intitulé : « Les maladies du béton ».

— Calame s'est occupé de la construction de Clairfond?

— Indirectement. Laissez-moi vous raconter l'histoire autrement, selon
une chronologie personnelle. Lors de la catastrophe, je vous l'ai dit, je
ne savais, du sanatorium, rien qui n'ait été publié dans les journaux. Je
ne rne souvenais même pas si j'avais voté pour ou contre le projet il y
a cinq ans. J'ai dû consulter «l'Officiel» pour découvrir que j'ai voté
pour. Je ne lis pas « la Rumeur » non plus. Ce n'est qu'après le second
entrefilet que le président du Conseil m'a pris à part et m'a demandé:

« Vous connaissez le rapport Calame ? »

«Je lui ai répondu que non, candidement. Il a paru surpris et je ne suis pas sûr qu'il ne m'ait pas regardé avec une certaine méfiance. »

«I! devait pourtant se trouver dans vos archives», m'a-t-il dit.

«C'est alors qu'il m'a mis au courant. Lors des débats au sujet de Clairfond, voilà cinq ans, et comme la commission parlementaire était divisée, un député, j'ignore lequel, a proposé de demander un rapport à un technicien d'une valeur incontestable.

« 11 a cité le nom du professeur Julien Calame, de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, et celui-ci a passé un certain temps à étudier les projets, s'est même rendu sur place en Haute-Savoie.

« II a ensuite rédigé un rapport qui, normalement, doit avoir été transmis à la commission ».

Maigret croyait comprendre.

— Ce rapport était défavorable?

— Attendez. Lorsque le Président m'a parlé de l'affaire, il avait déjà
ordonné des recherches dans les archives de la Chambre. On aurait dû
retrouver le rapport dans les dossiers de la commission. Il se fait que,
non seulement le rapport ne s'y trouve pas, mais qu'une partie des comp­
tes rendus a disparu.

«Vous voyez ce que cela signifie?»

— Que certains sont intéressés à ce que le rapport ne soit jamais
publié?

— Lisez ceci.

C'était un nouvel extrait de «la Rumeur», court aussi, mais non moins menaçant.

«M. Arthur Nicoud sera-t-il assez puissant pour empêcher que le rap­port Calame voie le jour?»

5- 702


Maigret connaissait ce nom-là comme il en connaissait des centaines d'autres. Il connaissait surtout la firme Nicoud et Sauvegrain, parce qu'on en voyait la mention presque partout où il y avait des travaux pu­blics, qu'il s'agît de routes, de ponts ou d'écluses.

— C'est la firme Nicoud et Sauvegrain qui a construit Clairfond.

Maigret commençait à regretter d'être venu.

D'après G. Simenon, Maigret chez le ministre

Questionnaire à partir du texte

1. Qu'est-ce qui s'est passé à Clairfond? Parlez de la réaction de l'opinion publique à cet événement. 2. A quoi pensait le commissaire Maigret en se préparant à répondre aux questions du ministre? 3. Dans quel but Maigret et le ministre se posaient-ils ces questions l'un à l'au­tre? Que chacun voulait-il comprendre? 4. Qui était Calame? Pourquoi était-il question de lui dans les articles de journaux ? 5. Le ministre qu'a-t-il expliqué à Maigret «selon une chronologie personnelle»? 6. Pour­quoi le rapport de Calame n'avait-il pas été trouvé dans les archives? De quoi cela témoigne? 7. Pourquoi y avait-il des intéressés à ce que ce rapport ne soit jamais publié? 8. Pourquoi Maigret regrettait-il d'être venu? 9. Quels traits de caractère de Maigret nous montre cet ex­trait? 10. Peut-on sentir dans ce texte des réactions purement humaines de Maigret et du ministre à l'événement tragique? 11. Résumez le tex­te de la part de Maigret et de la part du ministre. 12. Travaillez le texte fragment par fragment en résumant chaqun d'eux en une phrase.

Modèle:

Premier fragment : Maigret essaie de deviner pourquoi le ministre l'invite chez lui sans penser à l'affaire Clairfond.

Deuxième fragment : La création du sanatorium de Clairfond pour les enfants dés­hérités a eu beaucoup de répercussions à l'époque de l'aprés guerre.

Troisième fragment : Un mois après sa création ce sanatorium a été victime d'une catastrophe terrible, etc.

13. Comment appréciez-vous les motifs de la création du sanatorium de Clairfond? 14. Pourquoi l'auteur de ce texte appelle-t-il cette entreprise «politique»? Dites votre opinion sur les entreprises politiques de la sor­te. 15. Dans quelle mesure des histoires pareilles sont-elles liées au sys­tème social du pays? De quelle façon? 16. Inventez la suite de cette histoire.

Commentez

1. Certains y avaient vu une entreprise purement politique.

2. Les journaux non plus qui selon leur couleur, défendaient des
thèses différentes.

3. Vous ne faisiez pas partie du cabinet lors de la catastrophe?

4. Ce n'est qu'après le second entrefilet que le Président du Conseil


m'a pris à part et m'a demandé: «Vous connaissez le rapport Calame?»

5. Se décidera-t-on un jour, sous la pression de l'opinion, à révéler
le contenu du rapport Calame?

6. Tabard était un journaliste marron de qui l'hebdomadaire, bourré
de potins, passait pour une feuille de chantage.

I. ETUDE LEXICO-GRAMMATICALE DU TEXTE

EXERCICES DE VOCABULAIRE

1. Remplacez les points en choisissant entre a), b), c) :

1. Je l'ai ... pour lui parler de cet incident. 2. Le succès de cette dépend de nous tous. 3. Je ne ... pas vos raisons. 4. Sa famille exerce une forte ... sur lui. 5. Il faut faire venir ... une ambulance. 6. Nous recevons un ... illustré pour les jeunes. 7. Il croyait que rien n'était ... sa ville natale. 8. On a ouvert une ... sur le vol commis cet­te nuit. 9. Je ne suis pas sûr qu'il ait ... son testament. 10. Je ne comprends pas à quoi tu ... . 11. J'aimerais connaître l'avis d'un spé­cialiste, le sien ... . 12. Je ne vois nulle part la ... de cet ouvrage. 13. Elle a rédigé le ... du travail accompli. 14. Il avait de la ... l'é­gard de cet homme.

1. a) arrêter, b) prendre à part, c) emmener; 2. a) entreprise, b) démarche, c) af­faire ; 3. a) accepter, b) reconnaître, c) admettre ; 4. a) influence, b) contrainte, c) pression ; 5. a) d'urgence, b) sans délai, c) immédiatement ; 6. a) mensuel, b) quoti­dien, c) hebdomadaire; 7. a) semblable à, b) comparable à, c) pareil à ; 8. a) instruc­tion, b) affaire, c) enquête ; 9. a) rédiger, b) écrire, c) composer ; 10. a) entendre, b) avoir en vue, i) faire allusion; 11. a) notamment, b) particulièrement, c) en particu­lier; 12. a) référence, b) mention, c) citation; 13. a) compte, b) compte rendu, c) rapport ; 14. a) méfiance, b) confiance, c) défiance.

2. En mettant au lieu des points les mots ci-dessous, justifiez votre choix :

a) arriver, se passer, se produire: 1. Quoi qu'il .... je te le ferai
savoir. 2. L'action de ce film ... en temps de guerre. 3. Cet événe­
ment ... peu de temps après. 4. Qu'est-ce qui ... à votre ami? 5. Il
lui ... des histoires partout.

b) avoir pitié, plaindre, regretter: 1. Je ne le ... pas, il a bien
mérité cette punition. 2. Elle ... de vous avoir parlé si durement. 3.
Tous les voisins ... ce garçon infirme. 4. Il ... beaucoup cette action.

c) diviser, partager, répartir: 1. Il faut ... ce travail entre plusi­
eurs personnes. 2. La classe est ... en deux groupes égaux pour les tra­
vaux pratiques. 3. ... quatre-vingt-douze par quatre. 4. Je ... votre pei­
ne. 5. Le metteur en scène a ... les rôles entre les acteurs. 6. Sur cet­
te question les avis sont ....

d) au moment de, à l'époque de: 1. ... il vivait loin de ses parents.
«• Je me suis rappelé ce que je voulais lui dire seulement ... not-

' séparation. 3. Les événements se déroulent ... la guerre civile. 4. ... Partir, il s'est aperçu qu'il faisait sombre.


e) contrairement à, à la différence de: 1. Je me sentais bien à l'ai­se dans cette famille, ... mon ami qui avait l'air gêné. 2. Il a plu au-jourd'hui, ... les prévisions de la météorologie. 3. Ils ont agi ... ses recommandations. 4. Il semblait très intéressé par la conférence, ... son voisin qui s'ennuyait.

3. Traduisez par écrit en faisant attention aux mots mis en italique :

1. Его мать всегда жалеет других и меньше всего думает о себе. 2. Врачи сейчас с успехом борются с этой болезнью. 3. Последнее время со мной происходят странные вещи. 4. В отличие от моего друга я не жалею, что пошел на этот концерт. 5. К счастью, он ока­зался хорошим помощником. 6. В жизни надо уметь бороться с труд-ностями. 7. Она ни о чем больше не жалела. 8. Большинство депу­татов проголосовало за этот законопроект. 9. С ним что-то случилось. От него нет известий уже несколько дней. 10. Французский город Реймс известен всему миру своим великолепным собором Нотр-Дам, построенным в готическом стиле в XII—XIII вв. 11. Он так посту­пил вопреки воле своего отца. 12. Мы очень жалели нашу школьную учительницу, которая потеряла всю семью во. время войны. 13. Рас­следование показало, что преступление было совершено накануне вече­ром, около 10-ти часов. 14. Мы сожалели, чтЪ не смогли присутство­вать на этом вечере. 15. Обвал произошел из-за ливневых дождей. 16. Я вам не советую касаться этой темы.

4. A l'aide de la définition précisez les acceptions des verbes ci - dessous :

paraître : 1. Lorsque cet acteur a paru sur la scène, les spectateurs ont longtemps applaudi. 2. Ce livre a pari' l'année dernière. 3. Cette maison d'édition française a fait paraître un recueil de poésies de po­ètes soviétiques. 4. Cette femme paraît plus âgée qu'elle ne l'est en réa­lité. 5. Il n'a pas paru à l'institut depuis deux jours 6. i! paraît ap­prouver cette idée. 7. Il paraît qu'elle regrette beaucoup le temps per­du. 8. Il me paraît normal de l'aider. 9. Il paraît douteux qu'il vienne.

(se) réaliser: 1. Quand pourrai-je réaliser mon projet? 2. Cetie en­treprise a réalisé le quinquennst avant terme. 3. Tous ont ré?.!u.c i'im-portance de cet événement. 4. Elle était tellement heureuse qu'elle n'ar­rivait pas à réaliser qu'elle avait passé son examen de licence. 5. Ses prévisions se sont réalisées.

5. Traduisez par écrit à l'aide des verbes paraître et réaliser:

1. Кажется, что он привык к этой обстановке. 2. Я надеюсь, что все мои желания осуществятся в этом году. 3. Книга вышла месяц назад, но ее невозможно уже купить. 4. Наконец, мне удалось осуще­ствить свою давнюю мечту. 5. Солнце показалось на горизонте. 6. Она не могла до конца осознать важность этого дела. 7. Женщина каза­лась совершенно больной. 8. План первого года пятилетки был выпол­нен досрочно рабочими завода «Серп и молот». 9. Я не знаю, что мог­ло с ним случиться. Он не появляется в институте вот уже целую


неделю. Ю. Мне кажется было бы более разумно обратиться к этому

специалисту.

•6 Relevez sur des fiches les expressions formées à partir des mots écrits en gros ' caractères. Faites-les entrer dans d'autres phrases :

être: 1. Vous avez tort de m'en accuser, je n'y suis pour rien. 2. Où en êtes-vous dans vos recherches? 3. Il est toujours à le taquiner. 4 Ц est à l'aise en toute circonstance. 5. Si c'est pour moi, vous n'a­vez pas à vous gêner. 6. Il était question de construire un nouveau sta­de dans cette ville. 7. Nous nous sommes disputés hier, mais il est aimable aujourd'hui comme si de rien n'était. 8. Il n'était pas en état de nous recevoir aujourd'hui. 9. Je vous conseille de vous adresser à quelqu'un d'autre. Je ne suis pas en mesure de répondre à votre ques­tion. 10. Où est-ce que nous en sommes"? 11. Il en est de même pour tout le monde.

idée (/) : 1. H nous fallait nous faire à cette idée. 2. Il avait tou­jours des idées avancées. 3. Vous avez une idée préconçue sur son com­pte. 4. Nous n'avions aucune idée sur ce qu'il allait nous dire 5. Ap­rès avoir visité la cathédrale de Chartres, vous pourrez vous faire une idée de l'art gothique. 6. C'est son idée fixe. 7. J'ai mes idées la-des­sus. 8. Votre arnie a une haute idée d'elle-même.

même: 1. Ils sont arrivés en même temps. 2. Il y a mis beaucoup de temps, mais il a réussi tout de même à finir ce travail. 3- Nous som­mes tous du même avis. 4. Cela revient au même. 5. Ils étaient cou­chés à même le sol. 6. Vous n'avez pas dû agir de même. 1. Ces der­niers temps il se sent mal, mais il continue de travailler quand même.

\. Traduisez. Attention aux expressions mises en italique !

1. Вы хотите заставить меня поверить в эффективность этого мето­да? У меня свое мнение на этот счет. 2. Она заговорила со мной, как будто ничего не случилось. 3. Речь шла о новом методе обучения иностранному языку. 4. Как обстоят у вас дела с отчетом? 5. Я его не люблю. Он постоянно насмехается над своими товарищами и счи­тает себя умнее всех. 6. Вы напрасно сердитесь на мальчика. Он здесь не при чем. 7. Мальчик пил молоко прямо из бутылки. 8. Я вас уверяю, что мнение, которое вы составили об этом человеке, оши­бочно. 9. Вы в состоянии оказать им эту услугу? 10. Они такого же мнения, как и мы. 11. Она все-таки отказалась от этой работы. 12. Они вернулись почти одновременно. 13. Если это из-за меня, то вам не стоит волноваться. 14. Неужели он уже свыкся с этой мыслью? 15. У него слишком высокое мнение о себе. 16. Ему не следовало по­ступать так же. 17. Это то же самое.

8. Complétez les phrases par les substantifs correspondant aux verbes en italique :

1. J'ignore tout dans cette affaire. Vous auriez dû me mettre au courant de ce qui se passe et vous me tenez dans ... . 2. Il nous a


longuement entretenus de ses projets. Notre ... a duré plus de deux heu­res. 3. On l'a nommé chef du département. Cette ... a été inattendue pour tous. 4. L'article a paru dans un journal central. Sa ... a soulevé de grandes discussions dans la presse. 5. Enfin, ses projets se sont réa­lisés. Quant à moi, j'avais toujours cru en leur ... . 6. II ne savait pas s'il avait voté pour ou contre le projet, mais il se rappelait bien qu'il avait pris part à ... . 7. Vous supposez qu'il aura bientôt fini son travail, mais c'est une ... gratuite. 8. Avez-vous tout compris? Pas tout à fait, c'est un texte d'une ... difficile. 9. Une partie des comptes ren­dus avaient disparu. Ce n'était pas étonnant que leur ... ait provoqué une telle réaction.

ETUDE GRAMMATICALE DU TEXTE

PRONOM 'EN'

1. Relevez les mots remplacés par en :

a) — Est-ce que vous vous souvenez de ce rapport ?

— Non, je ne m'en souviens pas.

b) — Vous ne connaissez pas cette firme ?

— Mais si, parce qu'on envoit la mention partout.

2. Répondez aux questions en employant en :

1. Maigret a-t-il entendu parler du rapport Calame? 2. Outre la fir­me Nicoud et Sauvegrain, le commissaire en connaissait-il beaucoup d'au­tres? 3. S'est-il étonné d'être appelé chez le ministre? 4. Maigret était-il responsable de l'enquête sur l'affaire de Clairfond ? 5. Se servait-il des renseignements reçus du ministre? 6. Le commissaire a-t-il appris beaucoup de détails sur l'affaire? 7. Après l'entretien avec le ministre, Maigret avait-il envie de continuer l'enquête ?







Последнее изменение этой страницы: 2016-04-08; Нарушение авторского права страницы

infopedia.su Все материалы представленные на сайте исключительно с целью ознакомления читателями и не преследуют коммерческих целей или нарушение авторских прав. Обратная связь - 35.175.121.230 (0.012 с.)